jeudi 18 octobre 2018

mardi 16 octobre 2018

Homophones courants mais problématiques : tache / tâche, balade / ballade...

Aujourd'hui, penchons-nous sur des homophones qui peuvent porter problème (du moins pour moi !)
Avoir à faire = Avoir à réaliser
Il a à faire cet exercice.
Avoir affaire = Être en rapport avec
Je pense que j'ai affaire à un menteur.
Balade = Promenade
J'ai fait une balade avec mon petit-ami.
Ballade = Musique, Poésie
Gérard Lenorman chante La ballade des gens heureux.
Censé = Supposé (souvent suivi d'un infinitif)
Il était censé finir hier.
Sensé = Qui a du bon sens
Un homme sensé n'aurait jamais fait ça.
Cote = Note, Notation
La cote du président a augmenté.
Côte = Tous les autres cas
Je me suis cassé une côte.
Nous allons en vacances sur la Côte d'Azur.
Davantage = Plus
Mon frère en sait davantage que moi.
D'avantage = De gains, d'intérêts
Son travail lui offre pléthore d'avantages.
Différent = Pas pareil
Mon chien est différent du tien.
Différend = Désaccord
J'ai un différend avec lui.
Entrain = Bonne humeur
Elle ne manque pas d'entrain.
En train = En cours de
Mon père est en train de changer une roue.
For intérieur
En mon for intérieur, je pense qu'il ment.
Fort = Château ou Solide
Nous allons visiter ce fort.
Mon père est le plus fort.
Gêne = Malaise
Il ne peut cacher sa gêne.
Gène est un terme de biologie
Son gène 19 est malade.
Poignet = Articulation
Il s'est cassé le poignet en tombant de vélo.
Poignée de porte
La poignée est restée bloquée.
Pourquoi = Pour quelle raison
Pourquoi as-tu fait ça ?
Pour quoi = Dans quel but
Il est là pour quoi faire ?
Quoique = Bien que
Quoique très vieux, il fait encore du vélo.
Quoi que = Quelle que soit la chose que/qui
Quoi que tu penses, je sais que j'ai raison.
Raisonner = Réfléchir
Il faut raisonner pour résoudre ce problème.
Résonner = Retentir
Il fait résonner la cloche.
Roder = Mettre au point
Il rode sa voiture en conduisant lentement.
Rôder = Errer
Il rôde tous les jours sur la place.
Septique = Plein de microbes
Il vide sa fosse septique.
Sceptique = Incrédule
Son argument me rend sceptique.
Tache = Salissure, trace
Elle a fait une tache sur sa robe.
Tâche = Travail
Elle a fait la tâche que je lui avais confiée.
Tinter = Sonner
Le curé fait tinter les cloches de l'église.
Teinter = Colorer
J'ai teinté ma robe blanche en bleu.
Vanter = Louer, Célébrer
Mon voisin aime vanter toutes ses qualités.
Venter = Faire du vent
Bien qu'il vente, il est parti en vélo.
J'espère que ce rappel sur les homophones vous aideront.
Partagez cet article avec vos amis et laissez vos commentaires.

lundi 15 octobre 2018

9 sites pour s'entraîner à l'orthographe

Selon le projet Voltaire, en 2015, seuls 45% des Français connaissaient les 84 règles d'orthographe de référence.
C'est d'autant plus gênant pour vous qui êtes un écrivain. Trop de fautes dans vos écrits peuvent rebuter les lecteurs.
C'est pourquoi, aujourd'hui, je vous propose une liste de sites vous permettant de vous entraîner à l'orthographe.
Les sites sont classés par ordre d'intérêt.


FrançaisFacile

Le site FrançaisFacile comprend de très nombreux cours et exercices sur le français. C'est certainement l'un des sites les plus complets. Il reprend et explique de très nombreuses règles, chacune accompagnée d'un exercice d'entraînement. Un site à ne donc pas négliger.


Ortholud

Ortholud propose des exercices en orthographe, grammaire, conjugaison ainsi que des dictées.
Chaque notion travaillée propose divers exercices. Il y a aussi de très nombreuses leçons pour réviser chaque notion.


Zendictée

Zendictée propose une dictée quotidienne afin de s'entraîner à l'orthographe.
Le nombre de dictées est impressionnant.


Orthographe Cycle III

Comme son nom l'indique, Orthographe cycle III propose des règles d'orthographe pour les élèves de cycle 3. Mais pour certains, il convient de reprendre les notions de base.
Adressehttp://orthographe.tableau-noir.net/pages/sommaire-orthographe.html


Exercices.free.fr

Le site propose de nombreux exercices dans les différents domaines de la langue : conjugaison, orthographe, grammaire, lecture, vocabulaire.
Adressehttp://exercices.free.fr/francais/index.htm


Bescherelle

Tout le monde connaît le Bescherelle. Le site comprend des quizz, des dictées en ligne et des jeux en ligne.
Dans l'ensemble, le site est assez attrayant mais les quizz sont assez légers.


Orthonet

Orthonet propose de nombreux exercices sous forme de QCM.
Adressehttp://orthonet.sdv.fr/pages/jeux.html


Babelnet

Babelnet propose des exercices sur quelques homophones grammaticaux importants.
Adressehttp://babelnet.sbg.ac.at/canalreve/dessins/exercices/exercices.htm


Gaia - Conjugaison

Gaia permet de s'entraîner à la conjugaison des verbes.
Adressehttp://athomelibre.free.fr/conjugaison/

N'hésitez pas à partager cet article avec vos amis. Et laissez vos commentaires... sans faute maintenant que vous êtes un(e) crack en orthographe.

samedi 13 octobre 2018

Critique : Hunter de Roy Braverman

La critique de la semaine sur Lectusical : Hunter.
Hunter est un thriller de Roy Braverman.

En quelques mots

Plus personne ne s'arrête à Pilgrim's Rest. Une vallée perdue dans les Appalaches. Un patelin isolé depuis des jours par le blizzard. Un motel racheté par le shérif et son frère simplet. Un bowling fermé depuis longtemps. Et l'obsédant souvenir d'une tragédie sans nom : cinq hommes sauvagement exécutés et leurs femmes à jamais disparues. Et voilà que Hunter, le demi-sang indien condamné pour ces crimes, s'évade du couloir de la mort et revient dans la vallée. Pour achever son oeuvre ?
Après douze ans de haine et de chagrin, un homme se réjouit pourtant de revenir à Pilgrim's Rest. Freeman a compris le petit jeu de Hunter et va lui mettre la main dessus. Et lui faire enfin avouer, par tous les moyens, où il a caché le corps de Louise, sa fille, une des cinq disparues.
Pilgrim's Rest sera peut-être le terminus de sa vengeance, mais ce que Freeman ignore encore, au volant de sa Camaro rouge qui remonte Murder Drive, c'est qu'il n'est pas le seul à vouloir se venger. Et que la vérité va se révéler plus cruelle et plus perverse encore. Car dans la tempête qui se déchaîne et présage du retour de la terreur, un serial killer peut en cacher un autre. Ou deux.

jeudi 11 octobre 2018

mardi 9 octobre 2018

Comment publier votre roman au format Kindle sur KDP ?

Aujourd'hui, j'inaugure une nouvelle rubrique : Comment. Celle-ci vous proposera régulièrement des documentations. La première vous explique comment publier votre roman au format Kindle sur KDP.
KDP est l'abréviation de Kindle Direct Publishing. C'est l'espace d'Amazon qui permet aux auteurs de publier leurs romans au format Kindle.
Je vous propose une documentation pour vous aider au mieux à y arriver.
Au programme :
  1. Comment préparer votre fichier pour le convertir au format Kindle ?
  2. Comment ouvrir et configurer votre compte KDP ?
  3. Comment ajouter votre roman au format Kindle ?

lundi 8 octobre 2018

Les particularités des phrases

Après les particularités des mots, voici les particularités des phrases.


Allographe

Un allographe est une série de lettres et éventuellement de chiffres qui, lues, forment une phrase.
Exemples
C O Q P : C'est occupé.
J 2 L O Q : J'ai deux ailes au cul.


Cadavre exquis

Un cadavre exquis est un jeu d'écriture collectif inventé par les surréalistes. Chaque participant note un mot sans savoir ce que les précédents ont écrit, formant ainsi une phrase surréaliste.
Le premier cadavre exquis (qui donna son nom au jeu) était : Le cadavre exquis boira le vin nouveau.


Calembour

Le calembour est une phrase à double sens, à visée humoristique.
Exemples
Nous le savons et pas seulement de Marseille. (Pierre Desproges)
De deux choses lune, l’autre c’est le soleil. (Jacques Prévert)


Contrepèterie

Une contrepèterie est une phrase où, si on permute certains phonèmes, forment une autre phrase, généralement humoristique.
Exemples
Mammouth écrase les prix / Mamie écrase les prouts.
Il court, il court, le furet / Il fourre, il fourre, le curé.


Hétérogramme

Un hétérogramme est une phrase dont chaque lettre n'apparaît qu'une seule fois. En français, un hétérogramme peut donc compter au plus 26 lettres (42 si on prend les caractères accentués et les ligatures).
Exemples
Cinq thyms jugez par kob ! (20 lettres)
Lampez un fort whisky ! d'Alain Brobecker (18 lettres)


Pangramme

Un pangramme est un hétérogramme particulier. Dans un pangramme, toutes les lettres de l'alphabet doivent être présentes, peu importe le nombre de fois (ce qui le différencie de l'hétérogramme).
Le 5ème défi que j'ai proposé consistait à écrire un pangramme.
Exemples
Portez ce vieux whisky au juge blond qui fume.
Dans un wagon bleu, tout en mangeant cinq kiwis frais, vous jouez du xylophone.


Paronomase

Une paronomase est une phrase qui utilise la paronymie de deux mots c'est-à-dire le fait que deux mots sont phonétiquement très proches.
Exemples
Qui se ressemble s'assemble.
Science sans conscience n'est que ruine de l'âme. (Rabelais)


Palindrome

Le palindrome est un mot ou une phrase qui peut se lire dans les deux sens.
Exemples
Éric notre valet alla te laver ton ciré. (Maître Capelo)
Et la marine va venir à Malte.


Trompe-oreilles

Un trompe-oreilles est une phrase difficilement compréhensible.
Exemples
Un rat passe, le gay part et Thor tue tout le monde.
La cavale au Valach avala l’eau du lac, et l’eau du lac qu’avala la cavale à Valach, lava la cavale au Valach.


Virelangue

Un virelangue est une phrase difficile à prononcer.
Exemples
Les chaussettes de l'archiduchesse sont-elles sèches ou archisèches ?
Un chasseur sachant chasser sans son chien est un bon chasseur qui fait sécher ses chaussettes sur une souche sèche.

Ainsi se termine ce tour d'horizon des particularités des phrases.
Partagez cet article sur les réseaux sociaux. Laissez aussi vos commentaires.

samedi 6 octobre 2018

Critique : Sans défense d'Harlan Coben

La critique de la semaine sur Lectusical : Sans défense.
Sans défense est un thriller d'Harlan Coben.

En quelques mots

Dix ans que le privé Win Lockwood attend ce moment. Dix ans qu'il tente de retrouver la trace de deux enfants kidnappés.
Et l'un d'eux est là, devant lui, dans cette ruelle malfamée de Londres.
Win touche au but. Le happy end est proche.
Mais le garçon lui échappe.
Retour à la case départ. Le moment est venu pour Win d'appeler du renfort : son associé, son meilleur ami, le détective Myron Bolitar.

jeudi 4 octobre 2018

mardi 2 octobre 2018

Le titre de votre roman

Le titre d'un roman est un élément fondamental. Seulement, il n'est pas simple d'en trouver un bon. Cela peut même se révéler une vraie galère.
Alors, à quoi sert un titre ? Comment faire pour en trouver un bon ? Quelles sont les erreurs à éviter ? Comment savoir si mon titre est bon ? Et que faire si je n'en trouve pas ?


Un titre, pourquoi ?

Un titre est un outil marketing à ne pas négliger.
Le titre est le premier élément que le futur acheteur va regarder. En réalité, c'est le deuxième. Le premier est l'image de couverture (et oui, l'oeil est attiré par l'image car elle ne demande aucun déchiffrage, contrairement au titre).
Quoi qu'il en soit, le titre est fondamental. Il doit donner l'envie au lecteur d'acheter votre livre. Vulgairement, il doit appâter le chaland !

Un titre permet d'identifier le livre.
Tout ce qui nous entoure porte un nom. Les personnes bien évidemment. Mais aussi les objets. Prenez les meubles Ikéa. Chaque table, chaise, commode, lit a un nom propre.
Pour les livres, c'est la même chose. Le titre est leur identité. C'est lui que vont utiliser les lecteurs lorsqu'ils iront chez le libraire pour l'acheter, lorsqu'ils inciteront d'autres personnes à l'acheter.
Imaginez votre livre sans titre. Trucmuche, qui l'a lu, en parle avec Machin : "Tu as lu le dernier roman de Bidule, tu sais, celui qui parle de Truc qui se fait tuer d'une balle dans la tête ?". Pas franchement facile dans la vie de tous les jours. Alors qu'avec un titre, c'est beaucoup plus simple.

Un titre pour faire planer le mystère.
Le titre, ce n'est que trois, quatre ou cinq mots. Mais ces mots doivent faire planer le mystère, éventuellement inciter le futur acheteur à lire la quatrième de couverture.
Les livres de fantasy jouent souvent sur ce registre. Ils portent le titre d'un élément surnaturel du livre.
Par exemple, si je vous parle du Silmarillion. Savez-vous ce que c'est ? Moi je ne le sais pas. Mais j'ai envie de le savoir. Dès lors, je retourne le livre Le Silmarillion de J.R.R. Tolkien pour en savoir plus et éventuellement l'acheter.

Un titre pour informer le lecteur.
Vous allez me dire que tous les titres n'éveillent pas forcément la curiosité. Je suis d'accord avec vous. Dès lors, le titre doit informer un minimum le lecteur sur le contenu du livre. Après l'avoir lu, le lecteur doit pouvoir situer plus ou moins l'univers du livre.
En choisissant Le tour du monde en 80 jours comme titre, Jules Verne a explicitement indiqué de quoi le livre serait fait. On comprend qu'il va s'agir d'une aventure, que l'auteur va nous emmener visiter le monde. Quant aux 80 jours, ils laissent à penser qu'il y a un défi. Sera-t-il réussi ou non ? L'histoire le dira.


Comment trouver un bon titre ?

Analysez votre livre.
Faîtes ressortir un ou deux éléments importants de votre histoire. Cela peut être le point de départ de votre titre.
Par exemple, votre livre parle de Donald Trump. Le personnage a tendance à attiser le feu, à mettre de l'huile sur le feu. Et puis, il se met souvent en colère, notamment quand on le contredit. Très bien. Utilisons ces deux points pour le titre. Je pense que c'est ainsi qu'est né le titre Le Feu et la Furie (Fire and Fury en langue originale) du best-seller de Michael Wolff sur le président Trump.

Définissez sa cible.
Pour qui est destiné votre livre ? Aux fans de romance ? Aux férus de policiers ? Aux adeptes de fantasy ? Le titre ne sera pas le même. Il doit éveiller l'appétit chez ceux qui aiment.
Si je vous dis Le lac de l'amour, je vise quel lectorat ? Et Le lac des sacrifiés ? Ou encore Le lac de Néfiria ? Les trois parlent d'un lac. Mais les trois ne visent pas le même public.

Faîtes une analyse du marché.
Votre roman relève d'un genre (policier, romance, fantastique, érotique, ...). Allez jeter un œil sur Amazon et confrères. Regardez les titres qui marchent. Cherchez leurs points communs, leurs accroches. Et servez-vous en.

Définissez le but du titre.
Nous avons vu dans la partie précédente que le titre devait faire planer le mystère ou informer le lecteur. Il vous faut faire le choix entre les deux.
Maintenant, certains genres, comme la fantasy ou le policier, tablent souvent sur le mystère (Le Requiem des Abysses de Maxime Chattam). Par contre, les romances tablent sur le second (L'éternité de l'amour de Barbara Cartland).

Faîtes court.
Un titre n'est pas une phrase. Encore moins un paragraphe. Un titre, c'est quelques mots, pas plus de dix. Et encore dix, c'est beaucoup. En zieutant sur Amazon, j'ai constaté que la plupart faisaient moins de cinq mots.

Auto-éditeurs, pensez à la couverture dans son ensemble.
Si vous êtes édité par un éditeur classique, vous n'aurez sans doute pas votre mot à dire sur la couverture. Par contre, si vous vous auto-éditez, vous devrez concevoir la couverture dans son ensemble : le visuel ET le titre.
Pensez à l'image qui va accompagner le titre. Liez les deux, l'une devant compléter l'autre et inversement.
Par exemple, si vous observez la couverture ci-contre, le titre seul nous fait penser que le roman est fantastique (ce qui est le cas). Mais le visuel nous permet aussi de comprendre qu'une romance sera au cœur de l'intrigue (D'ailleurs le livre est classé dans les romances sur Amazon).


Quelles sont les erreurs à ne pas faire ?

Attention à ne pas choisir un titre existant.
Je vous disais dans la première partie de l'article que le titre est l'identité du livre. Dès lors, il faut pouvoir facilement le distinguer des autres. Prendre le même titre qu'un livre existant peut engendrer la confusion, notamment si le titre est connu. Imaginez :
- Tu as lu Les Misérables ?
- Oui, au lycée. J'ai adoré.
- Moi je viens de le terminer. J'ai adoré comment l'auteur retrace la vie dans les quartiers pauvres de Chicago.
- Mais Les Misérables se passe à Paris !
- Mais non, à Chicago. D'ailleurs Bidule Truc, l'auteur, est de là-bas.
- Bidule Truc !? Les Misérables, c'est de Victor Hugo !
Quelle (mauvaise) idée a eu Bidule Truc d'appeler son roman Les Misérables, vous ne trouvez pas ?
Donc, quand vous pensez avoir trouvé le bon titre, faîtes une petite recherche sur Google, Amazon ou la FNAC pour vérifier qu'il n'existe pas déjà.

N'utilisez pas un prénom et un nom tout seul.
Sauf s'il s'agit d'une série connue (dont seulement à partir du tome 2), évitez de nommer votre livre avec le nom du personnage principal. Cela ne dit rien sur le livre.
Maintenant, si vous voulez absolument citer le nom d'un personnage, ne le laissait pas seul. Le premier Tintin ne s'appelait pas Tintin mais Tintin au pays des Soviets. Idem pour le premier Harry Potter qui s'intitulait Harry Potter à l'école des sorciers.

Ne restez pas bloqué sur le premier titre trouvé au début de l'écriture.
Vous aviez trouvé le titre avant même de commencer à écrire. Vous l'avez trouvé après quelques pages. Vous avez de la chance... ou peut-être pas. Car un livre évolue au fur et à mesure de l'écriture. L'intrigue de départ a peut-être changé un peu, beaucoup, énormément. Dès lors, le titre est-il toujours en rapport avec votre histoire ? Ne vaudrait-il pas mieux en chercher un autre ? Ce sont deux questions qu'il faut impérativement vous poser après avoir tapé le mot FIN après la dernière ligne de votre histoire.


Comment savoir si mon titre est bon ?

Je vais ici répondre à travers deux cas de figure :
  1. J'ai trouvé un titre. Est-il bon ?
    Dans ce cas de figure, je demande dans un premier temps à des personnes qui ont lu le livre (mes beta-lecteurs) ce qu'ils en pensent.
    Puis je demande à des personnes qui n'ont pas encore lu le livre si le titre leur donne envie de lire, s'ils ont une idée de quoi va parler le livre.
  2. J'ai trouvé plusieurs titres. Lequel choisir ?
    Dans ce cas, je présente les différents titres aux beta-lecteurs et leur demande lequel ils préfèrent, lequel convient le mieux.
    Puis je fais de même avec des personnes qui n'ont pas lu le livre. Lequel éveille le plus leur curiosité ? Lequel est le plus attrayant, donne le plus envie ?


Et si je bloque complètement, que je ne trouve pas de titre ?

Cela m'est déjà arrivé. Et franchement, c'est la galère. Mais heureusement, j'ai toujours mes beta-lecteurs. Je leur demande leurs propositions. Ensuite, je fais un tri, une sélection. Enfin, j'applique les méthodes indiquées dans la partie juste avant. En règle générale, ça marche pas mal.


J'espère que tous mes conseils vous aideront à trouver le bon titre à votre roman.
Partagez vos difficultés avec les autres lecteurs en laissant vos commentaires. Diffusez aussi cet article à tous vos amis sur les réseaux sociaux.